Produits laitiers

PRIX HORS LA LOI

La loi(1) est pourtant simple. Les prix des produits alimentaires doivent être construits à partir des coûts de production des éleveurs. La Fédération Nationale des Producteurs de Lait a fait le calcul. 

Par exemple, pour 1 litre de lait :
-    38,8 centimes pour le producteur, indicateur validé par l’UE
-    + 25 centimes pour l’industriel, 
-     + 6,3 centimes pour le distributeur (la loi Alimentation interdit la revente au-dessous de 10 % de marge)
-     + 3,85 centimes pour l’Etat.
Le prix du lait vendu au consommateur ne peut donc pas être inférieur à 74 centimes le litre.

De la même manière :
-    les yaourts natures ne peuvent pas être vendus en dessous de 1,34 €/kg,
-    l’emmental râpé ne peut pas être vendu en dessous de 6,23 €/kg,
-    un camembert ne peut pas être vendu en dessous de 5,80 €/kg.

Et pourtant, suffit de faire le tour des GMS aveyronnaises pour constater que la loi n’est pas respectée. Ces dernières semaines, les éleveurs de la section bovins lait de la FDSEA ont relevé les prix de ces quatre produits de base dans les Leclerc, Super U, Netto, Intermarché, Lidl, Leader Price, Aldi et Carrefour à Sébazac, Olemps, Villefranche, Saint Christophe, Pont de Salars, Onet-le-Château, Séverac, la Primaube et Baraqueville. Sur les 40 relevés de prix, 28 sont en infraction. Toutes les GMS ont des prix hors la loi. C’est une honte. 

En février dernier, les éleveurs s’étaient rendus dans 4 supermarchés aveyronnais pour rappeler à leurs responsables qu’ils ont à respecter la loi. 

Faut-il y revenir ?