Réformes de la zone vulnérable et des règles d’épandage

Les feuilles mortes se dégradent

Deux réformes ressenties comme un manque de respect face aux efforts faits depuis tant d’années pour conserver la qualité de notre environnement.

Tous les 4 ans, la Direction Régionale de l’Environnement engage une réforme de la «Zone vulnérable», cette zone au sein de laquelle les agriculteurs doivent mettre en œuvre des mesures très contraignantes et très coûteuses pour préserver la qualité de l’eau. Depuis 25 ans que la mesure existe, le travail est fait.La qualité de l’eau en Aveyron reste bonne et même s’améliore encore.

Pour terminer l’année 2020 en beauté, un nouveau zonage nous est proposé, doublant la surface classée en Aveyron! 10 communes en sortiraient, 30 y rentreraient, soit un agrandissement de 129000hectares, concernant quelques 2 500fermes.Cet agrandissement est étayé par une liste de prélèvements d’eau pour lesquels les taux de nitrates ont été mesurés : 34points de prélèvements en Aveyron, 7 à 12 prélèvements réalisés par point en l’espace d’une année. A y regarder de près, les résultats sont... surprenants.

Pour la majorité de ces points de prélèvement, la moyenne du taux de nitrates dans l’eau est basse, bien en dessous du seuil réglementaire de 18mg/l, et même en baisse par rapport à la campagne précédente. Sauf pour certains, où les prélèvements des mois de décembre et de février dépassent le seuil autorisé, et classent tout le bassin versant en «zone vulnérable». Les mois d’hiver? Ce sont des mois où il n’y a pas d’épandage, ni de fumier, ni de lisier. Les apports organiques se font essentiellement au printemps, au moment où les plantes en ont besoin pour pousser. En expertisant ces données, la Chambre d’Agriculture suspecte fortement un phénomène dû... à la dégradation des feuilles mortes dans les forêts. Phénomène tout à fait naturel en soit.

Résumons : les feuilles mortes se dégradent, alors 2500 fermes seraient classées en zone vulnérable.

Et ce n’est pas la seule aberration. Prélèvements faits hors département..., à côté d’une station d’épuration...Par ailleurs, un autre projet de loi prévoit de nouvelles règles d’épandage qui nous interdiront les sols karstiques, acides, les pentes... Bref, il n’y aura bientôt que sur la place de la préfecture que nous pourrons épandre notre fumier.

Sincèrement,  la  teneur  de  ces  réformes est ressentie comme  un  manque  de  respect  face  aux efforts faits depuis tant d’années pour conserver la qualité de notre environnement. Un appel à  mobilisation  est  donné  pour  mardi 15  décembre  au soir à Rodez.