Le Monitoring : un outil de contrôle de la PAC ingérable pour les exploitants !

À l’heure où la plupart d’entre nous, sommes en train de travailler à la télédéclaration de notre dossier PAC 2022, le Ministère de l’Agriculture s’apprête à mettre en application le système de suivi des surface agricole en temps réel (SSSTR) plus communément appelé Monitoring !

Imposé par l’Union Européenne, ce nouveau système de contrôle des couverts végétaux implantés sur nos parcelles va démarrer dès cet été et faire l’objet de test pour la campagne 2022. Ces tests n’auront pas d’impact sur l’instruction des dossiers cette année, mais le SSSTR s’appliquera pleinement pour la PAC 2023.

Basé sur des images satellites (résolution des images à 10 mètres) et l’intelligence artificielle, nous allons recevoir régulièrement des alertes de la DDT et nous serons invités à aller prendre des photos, avec notre smartphone, des parcelles en anomalie pour les transmettre à l’administration !!!

Conscients que toute utilisation d’argent public doit pouvoir être contrôlée, la profession agricole se montre cependant très sceptique quant à l’efficience d’un tel système de contrôle. La FDSEA et les JA ont d’ores et déjà prévenu les autorités locales et régionales de leurs oppositions à ce système qui plus est en l’état ne fonctionne pas (quelques tests ont été réalisés sur 6 exploitations en Aveyron fin mars).
Quid des agriculteurs qui ne disposent pas de smartphone, ceux qui ne savent pas se servir d’un tel outil ou qui ne pourront pas télécharger l’application « Telepac Géophotos » parce que leur téléphone est incompatible... Et comment faire face à la multitude de zones blanches où le portable ne passe pas ??? Et combien de photos allons-nous devoir prendre et envoyer à la DDT ? Tous les 4 ou 5 jours, chaque fois que le satellite passera au-dessus de nos têtes ? Pour l’instant, la DRAAF n’a pas su répondre à nos nombreuses questions… et si pour l’instant on tente de nous rassurer, qui nous dit que ce système ne viendra pas contrôler d’autres aspects comme par exemple les ZDH, les tas de fumier, le passage du pulvé alors que le vent souffle trop fort ce jour-là !!!

Alors oui nous sommes amers, nous savons d’ores et déjà que ce système ne fonctionnera pas, ou mal et qu’en 2023, nous craignons qu’il y ait des retards à l’instruction des dossiers avec un risque de retard de paiement !!!!
L’administration souhaitait que la profession aille expliquer dans les campagnes ce nouveau système de contrôle. Il n’en est pas question ! Les contrôles ne sont pas de notre ressort !!! Alors nous avons demandé à la DDT d’organiser des réunions de présentation de ce nouveau dispositif pour informer les agriculteurs de ce département de ce qui nous attend.

Quinze réunions sont programmées entre le 18 et le 24 mai prochain. Nous ne pouvons que fortement vous conseiller d’y participer pour aller leur dire que vous n’êtes pas d’accord avec ce système, et que les agriculteurs ne se substitueront pas au corps des contrôleurs de la PAC.

Nous rencontrons aujourd’hui des difficultés pour nous faire entendre auprès de l’administration. Nous faisons néanmoins tout ce que nous pouvons pour modifier ce dispositif de contrôle et ce dans l’intérêt de chacun des agriculteurs.

A vous tous qui prendraient le temps d’y participer alors que la période des travaux des champs démarre, et qu’il n’est pas facile de se libérer, sachez que par votre action individuelle, vous allez contribuer à soutenir notre combat et à défendre notre métier et nos conditions de travail.

Nous savons que nous pouvons compter sur vous et vos équipes locales ! Alors au nom du conseil d'administration de la FDSEA, nous vous disons d’ores et déjà un grand merci pour votre mobilisation.

Laurent SAINT AFFRE